photographies
florence_cardent_diffraction 01_ photo_1997-2020.JPG

Diffractions

Diffractions

1998-2012

4 photographies argentines et NB numérisées pour 4 sculptures. Impression sur plexiglas et structure en métal.

Format des images : 50 x 37 cm, format de 2 structures de  H 170 x L 61 x P 46 cm ; format de 2 structures de  H 150 x L 61 x P 46 cm.

Pour ce faire sculpture, l’image passe par une « alchimie » technologique. L’image devient autonome grâce à la prise de distance avec le référent et ne se contente plus de restituer la réalité mais cherche à en donner une certaine idée. La représentation du corps subit alors l’épreuve de l’effacement, de la disparition progressive. A l'image des procédés utilisés dans le médical, on ne se contente plus de contempler le corps, on le questionne on le fait parler un langage plus expressif et paradoxalement c’est dans le processus d’effacement que le dispositif  parvient à faire apparaitre ce qui semble essentiel.
Ensuite l’installation cherche à rendre compte d’une fusion possible entre espace réel et espace de l’image.
L’alternance en couches ou « plis » de la transparence, de l’opacité et du reflet, fait que le regard construit et déconstruit l’œuvre. Cette approche impose le regard comme sa condition d’existence première. Le regard est celui d’une conscience et d’un corps dans le monde en perpétuel mouvement.
 Il y a dans ces installations l’envie d’exprimer le doute sur notre propre existence, sur sa fragilité et sa présence éphémère. Ce travail cherche à donner une expérience empirique aux concepts scientifiques et philosophiques de notre temps.